Factures impayées: quels impacts pour la trésorerie? – [Dossier TPE/PME]

En France, en moyenne, chaque facture est payée avec 14 jours de retard.

Derrière ces chiffres, se cachent une réalité qui peut vite devenir dramatique pour les entreprises : chaque jour de retard signifie que le fournisseur doit financer le client sur ses fonds propres, c’est pourquoi, s’ils s’accumulent ou deviennent trop réguliers, les arriérés peuvent représenter un véritable risque pour la santé financière du fournisseur.

Quelles sont les entreprises concernées par les retards de paiements?

Selon les chiffres de l’expert en recouvrement Qweeby, plus de 98% des entreprises (l’enquête concerne les entreprises tous statuts confondus) sont confrontées à un retard de paiement d’un au moins de leur client et 68% des entreprises déclarent payer leurs fournisseurs avec un délai supplémentaire.

Quelle que soit leur taille ou leur secteur, toutes les sociétés sont donc concernées par les factures impayées.

Calculer l’impact d’un arriéré sur la trésorerie de l’entreprise

Toutefois, un arriéré ne va pas impacter de la même manière toutes les entreprises.

Les conséquences d’un retard de paiement dépendent de plusieurs facteurs :

  • Le portefeuille client : les entreprises dépendantes d’un seul client, comme les sous-traitants par exemple, sont particulièrement exposées au retard de paiement
  • La marge effectuée sur la commande : Plus la marge est faible, plus le retard aura un impact lourd sur la santé financière de l’établissement.
  • Le terme de paiement octroyé au client : si ce dernier est « long » (60 jours ou 45 jours fin de mois), le retard pris aura des conséquences beaucoup plus lourdes que dans le cas d’un terme de paiement dit court. Pour vérifier l’impact de cet élément, il est capital de calculer le coût du crédit client.
    Pour cela, il est nécessaire de connaître le chiffre d’affaires annuel fait avec client, le taux de financement de l’entreprise ainsi que le délai de paiement.
  • Bien évidemment du montant de la facture impayée.

Les solutions pour lutter contre les factures impayées

S’il n’existe pas de recette magique pour supprimer les retards de paiement des fournisseurs, plusieurs stratégies permettent de minimiser les risques :

  • Étape indispensable et parfois négligée au profit de l’intérêt commercial : l’analyse de crédit. Avant d’accorder et de finaliser une vente avec un client, il est capital de faire le point sur la solvabilité de l’entreprise ainsi que sur les risques encourus. En l’absence d’information, pour les nouveaux clients, il est possible d’opter pour une demande d’acompte.
  • L’analyse de crédit doit déboucher sur la mise en place de terme de paiement. Véritable enjeu stratégique de la négociation commerciale, les termes de paiement font référence au délai octroyé au client pour s’acquitter des factures.
    Depuis le vote de la LME (Loi de modernisation de l’économie), les termes de paiement peuvent s’exprimer de 2 manières distinctes :

Le net : terme le plus simple, la facture sera réglée X jour net après l’émission du document. Le code du commerce fixe une limite de 60 jours nets.

Le fin de mois : autre terme récurrent, ce délai indique que la facture sera payée à la fin du mois suivant le terme de paiement. Par exemple, dans le cas d’une facture émise le 10 Septembre avec un terme de paiement “30 jours fin de mois”, le règlement interviendra le 31 octobre (30 jours à compter du 10 septembre = 10 octobre → paiement à la fin du mois).
Un écart important peut ainsi exister selon que l’on facture en début ou en fin de mois), le délai moyen de ce terme de paiement sera de 45 jours (30+15).
La loi stipule que le terme de paiement ne peut pas dépasser “45 jours fin de mois”.

Ces nuances sont capitales puisqu’elles peuvent faire varier de plusieurs semaines la réception des fonds.
La mise en place d’une politique de recouvrement : selon les chiffres de Qweeby, à peine 29% des entreprises mettent en place une politique de recouvrement. En moyenne, les entreprises attendent que leur client ait 10 jours de retard pour les relancer.
La mise en place d’une politique de recouvrement préventive permet d’agir rapidement en cas d’impayé et de limiter le coût du retard de paiement.
Indicateur phare de cette mesure, le DSO (day outstanding sales) permet de vérifier le délai moyen de recouvrement et de contrôle au fur et à mesure l’état de la trésorerie.

Découvrez notre offre de Compte à terme

Contactez-nous

  • En accord avec notre politique de sécurité et de confidentialité, nous nous engageons à ne jamais communiquer vos données à l'extérieur.

Post Author: Lucie