Le paysage bancaire français : plus de 270 banques !

Combien de banques pouvez-vous citer ?

Plus ou moins de 200 ?

Dans cet article, nous vous proposons un petit tour du paysage bancaire français. Nous vous dévoilons aussi comment nous arrivons à trouver d’excellents taux de placement pour la trésorerie de nos clients !

Le système bancaire français : établissements de crédit et banques

En France, l’exercice des activités bancaires, d’investissement et de paiement est réservé aux entreprises bénéficiant d’un agrément par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR).

Les établissements de crédit sont des entités dont l’activité consiste à recevoir des fonds et à octroyer des crédits (article L511-1 du Code Monétaire et Financier).

Ils sont répertoriés sur le Registre des agents financiers, qui compte aujourd’hui 1028 établissements de crédit agréés.

Chacun de ces établissements obéit au contrôle prudentiel de l’ACPR : analyse des états financiers, réunions régulières avec les dirigeants, vérification sur place des procédures de contrôle interne… auxquels s’ajoutent des contrôles supplémentaires pour les établissements les plus importants (dits « systémiques »).

Mais tous les établissements de crédit n’ont pas la même activité. Ils peuvent être agréés en qualité en tant que :

  • banques
  • établissements de crédit spécialisés (limités aux activités de financement)
  • caisses de crédit municipal (limités au prêt sur gages).

Parmi les 1028 établissements de crédit, seules les banques peuvent recevoir des dépôts. Le Registre des agents financiers mentionne aujourd’hui 277 banques.

277 banques, c’est autant d’opportunités de débusquer les meilleurs taux pour des placements ! Mais avant de décrocher le téléphone, un peu d’histoire…

Les acteurs bancaires en France : un peu d’histoire

Tout a réellement débuté par les vagues de privatisations en 1987, avec dans le secteur bancaire la Société Générale, CCF, Suez et Paribas.

La décennie 1990 a été marquée par une série de crises, faillites et restructurations, qui a occasionné de nouvelles alliances et consolidations.

Citons le rachat du CIC par la Banque Fédérative Crédit Mutuel en 1998, le rachat de Paribas par BNP en 2000, le rachat du Crédit Lyonnais par le Crédit Agricole en 2003 et le rapprochement de la Caisse d’Épargne et de la Banque Populaire pour constituer la BPCE en 2009.

Aujourd’hui, la majorité de l’activité bancaire est concentrée dans les 6 groupes :

  • BNP Paribas,
  • le Groupe BPCE,
  • le Groupe Crédit Agricole,
  • le Groupe Crédit Mutuel-CIC,
  • la Société Générale,
  • La Banque Postale.

Mais le paysage de distingue surtout par la typologie de ses banques.

Un mélange de banques capitalistes et de banques mutualistes

Les banques capitalistes

Ces banques (BNP Paribas, Société Générale…) ont le fonctionnement d’une entreprise capitaliste classique : des actionnaires, une gouvernance pyramidale et une prise de décision plutôt centralisée.

Pour un trésorier à la recherche du meilleur taux, les opportunités sont limitées s’il ne travaille pas déjà avec les banques : la salle des marchés centralise les placements et financements et définit la politique du Groupe.

Les banques mutualistes et coopératives

L’origine des banques mutualistes et des coopératives remonte au XIXe siècle, sous l’influence de Charles Fourier et Pierre-Joseph Proudhon. La France compte aujourd’hui quatre réseaux mutualistes (Crédit Agricole, Caisse d’Epargne, Crédit Mutuel, Banque Populaire – dont Cadsen et Crédit Coopératif).

Conformément aux principes du mutualisme, les droits de vote sont détenus par les clients et salariés suivant le principe de « une personne, une voix ».

La gouvernance de ces banques est en général en pyramide inversée à trois niveaux : local, régional et national. Cette autonomie et leur ancrage régional créent des disparités dans les bilans des caisses locales : certaines recevront plus de dépôts qu’elles ne pourront reprêter, d’autres seront au contraire très prêteuses et donc à la recherche de dépôts.

La diversité des besoins de liquidités se ressent alors sur les taux proposés sur les comptes à terme : le trésorier d’entreprise dispose ici d’un premier levier pour améliorer la performance du rendement de ses placements.

Mais ce n’est pas tout !

Parcourir les antennes régionales des banques mutualistes apporte une première valeur ajoutée, mais cela serait une erreur de s’arrêter là.

La France regorge de banques moins connues, souvent heureuses de faire un dépôt avec un nouveau client entreprise. Certaines ne recueillent pas assez de dépôts de particuliers car ce n’est pas leur cœur de cible, d’autres ont lancé récemment une campagne agressive de prêts immobiliers qu’elles doivent refinancer…

Quelques exemples

  • Des banques filiales de groupes non bancaires : Carrefour Banque, RCI Banque, PSA Banque, AXA Banque…
  • Des banques patrimoniales, spécialisées dans la gestion de fortune

Ici encore, la diversité des situations de liquidité créé les opportunités. C’est un deuxième levier d’opportunités pour le trésorier d’entreprise à la recherche de placements.

Le cas des banques étrangères : filiales ou succursales ?

Finissons notre parcours du paysage bancaire français par les banques étrangères, présentes en France sous forme de filiales ou de succursales.

Il est fondamental de bien distinguer les deux situations.

Une filiale est une entité morale juridique distincte, qui dispose d’un capital et de sa propre indépendance financière.

En prêtant à une filiale, vous prenez un risque de crédit sur la filiale et non sur la maison-mère. Ce risque plus important peut parfois être tempéré par une garantie de la maison-mère, qui peut être explicite ou implicite (mise en avant du risque réputationnel). Dans tous les cas, il doit être (plus ou moins bien) rémunéré par une prime de risque et donc un surcroît de rendement pour le prêteur.

Une succursale (ou bureau, département, division, agence….) n’est qu’un point d’entrée administratif et commercial qui permet de traiter avec la maison mère. Elle dispose du même bilan que la maison-mère, et en général de conditions identiques ou très proches.

En plus des 277 banques, l’ACPR a agréé 585 acteurs étrangers, qui peuvent proposer leurs services en France grâce au passeport européen (un agrément donné dans un pays membre vaut pour tous les pays de l’UE). C’est un troisième levier pour placer sa trésorerie…

Au-delà des placements, d’autres opportunités

Le paysage financier français ne s’arrête pas aux banques : assureurs, asset managers, prestataires d’affacturage… Aux côtés des acteurs historiques s’ajoutent de nouveaux entrants, encouragés par le SEPA et la création des statuts de prestataires de service de paiement (PSP) ou d’investissement (PSI). Nous n’irons pas plus loin dans cet article, mais ici aussi, des opportunités existent.

En conclusion : face à la diversité du paysage, appelez votre courtier !

Nous vous avons livré la recette pour trouver les meilleurs produits financiers : connaissez le marché et sondez-le régulièrement.

Comme vous le devinez, vouloir le faire seul est irréaliste. Cette recherche nécessite des économies d’échelle pour être rentable. C’est là qu’intervient le courtier !

Nous avons déjà aidé nos clients à placer 10 milliards d’euros : appelez-nous et nous vous présenterons les opportunités du moment pour vos placements de trésorerie.

Notre service est gratuit !

Découvrez tous nos produits de placement

Post Author: Nicolas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *