[L’EDITAUX] Sous une pluie de bonnes nouvelles économiques, nos anticipations 2018

Une pluie de bonnes nouvelles économiques s’est abattue sur la zone euro depuis notre dernier Éditaux !

  • La confiance des industriels est au plus haut depuis que l’indicateur existe (et il a été créé dans les années 80 !)
  • Le climat des affaires est au plus haut depuis 2008 en France, à son plus haut historique en Allemagne
  • Le PMI composite (indice des directeurs d’achat) de la zone euro s’envole à 60,1, et retrouve les records de 2000. Il marque un record absolu en Allemagne, aux Pays-Bas, en Autriche et en Irlande, un record de 7 ans en France, et de 17 ans en Italie.
    Pour mémoire, un indice supérieur à 50 indique une expansion, et inférieur à 50 une contraction. Le PMI est considéré comme un indicateur avancé de l’économie puisqu’il observe les achats des entreprises.

Bref, en zone euro, les entreprises n’ont jamais été aussi confiantes dans leurs perspectives. Nous vivons une période formidable !

Les indices boursiers sont proches de leurs plus hauts historiques (ne vous laissez pas berner : si le CAC 40 est exprimé hors dividendes, son cousin à dividendes réinvestis, le CAC 40 Gross Return qui reflète mieux le rendement d’un investisseur, vaut plus de 13 600 points, bien au-dessus de son plus haut de 2000).

Les prix des matières premières retrouvent des couleurs (le baril du pétrole a franchi la barre symbolique des 60$, en hausse de 10% sur l’année), mais on ne voit toujours aucun frémissement du côté des taux d’intérêt, ni de l’inflation.

La croissance structurellement bridée

Croissance PIB de 2015 à 2019 selon l'OCDE

La croissance mondiale devrait atteindre entre 3,5% et 4% sur l’année 2017. C’est surtout l’Inde et la Chine qui auront contribué à la croissance cette année (resp. +6,2% et +6,8%), tandis que les pays plus matures dépasseront difficilement 2,5%.

La croissance des économies développées pourra-t-elle renouer un niveau de 4 à 4,5% atteint lors des précédents cycles de croissance ?

Malheureusement non : il faudra sans doute se contenter de moins, même en haut de cycle.

Nous évoquions dans l’Éditaux de septembre la tendance structurellement baissière de la croissance des pays matures, causée notamment par la démographie, la pression déflationniste sur les coûts et la multiplication des emplois de mauvaise qualité.

C’est un point important à garder en tête lorsque l’on parle de faiblesse des taux longs. Des taux faibles sont cohérents avec ce contexte, surtout sur des maturités très longues.

En Zone Euro, l’inflation est toujours étouffée

Malgré cette croissance forte et en haut de cycle, les prévisions d’inflation en zone euro stagnent autour de 1,5%, tant pour 2017 que pour 2018.

Curieusement, la France est encore une fois à la traîne avec une inflation proche de 1,2%.

Si le sujet vous intéresse, nous vous invitons à lire l’article de la Banque de France sur l’exception française. L’institution justifie la faible progression des prix par le taux chômage plus élevé, mais aussi des facteurs tels que l’encadrement du prix des médicaments, et la forte concurrence sur les télécoms.

La Banque Centrale Européenne laisse voguer les taux

La BCE a été claire en octobre : aucune remontée des taux directeurs n’est à attendre tant que le programme de rachat de dettes (le fameux «Quantitative Easing») dure encore. Celui-ci était prévu pour s’achever – au plus tôt – en septembre 2018, les réunions des Gouverneurs ne seront pas forcément passionnantes l’année prochaine…

En réalité, pour la BCE l’enjeu n’est pas vraiment l’inflation. Même si elle ne l’admet qu’à demi-mot, elle doit surtout éviter de rester trop généreuse en liquidités, ce qui aurait deux revers : l’entretien de bulles financières, et la pénurie de munitions lors d’un futur retournement.

Nos anticipations pour 2018

  • Maintien des taux directeurs au niveau actuel toute l’année 2018 (taux refi à 0%).
  • Stabilité de l’Eonia et de l’Euribor aux niveaux actuels (-0,30%).
  • Tout signal inflationniste entraînera une dialectique plus ferme de la BCE, ce qui tendra les taux longs et pentifiera légèrement la courbe. Mais elle n’aura probablement que peu d’occasions de hausser le ton en 2018.
  • Nous anticipons donc une hausse des taux longs en 2018 compte tenu des bons indicateurs économiques et de la croissance qui devrait se poursuivre, mais cette hausse se fera à un rythme très modéré.
  • Le programme de rachats obligataire de la BCE continuera à entretenir l’appétit des investisseurs pour les titres de dette rémunérateurs. Toute tension sera vue comme une opportunité d’achat, et donc ne sera que ponctuelle. Les émissions obligataires corporate seront peu nombreuses car la trésorerie des entreprises est abondante : la demande pour les obligations restera supérieure à l’offre.

Comment placer sa trésorerie en 2018 ?

À taux inchangés, recette inchangée : les comptes à terme qui font le bonheur des trésoriers d’entreprise depuis des années en alliant rémunération et liquidité devraient continuer à être une excellente solution de placement. Le paysage financier français est riche et diversifié, et crée en permanence de nouvelles opportunités.

Les investisseurs ayant un horizon plus long (holdings, SCI…) et acceptant une part de risque de crédit pourront se positionner de façon opportuniste sur des obligations ou fonds obligataires à l’occasion d’une tension sur les taux ou le crédit. Ces épisodes devraient être temporaires en l’absence de risque sur l’inflation.

Ils pourront également étudier leur éligibilité au contrat de capitalisation, produit au fonctionnement proche de l’assurance-vie, ce qui leur permettra de mixer OPCVM et fonds en euros garanti selon leur objectif de rendement et leur appétit pour le risque.

Un dernier mot pour finir…

Pour ce dernier Éditaux de l’année, nous tenons à remercier tous les clients qui nous ont fait confiance au cours de cette année. Toute l’équipe de Pandat Finance vous remercie de la confiance que vous lui avez renouvelée et vous souhaite de très belles fêtes de fin d’année.

Découvrez tous nos produits de placement!

Contactez-nous

  • En accord avec notre politique de sécurité et de confidentialité, nous nous engageons à ne jamais communiquer vos données à l'extérieur.

Post Author: Nicolas