Nouvelle formule du Livret A : les comptes à terme pénalisés ? L’analyse de Pandat

 

 

Le ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire vient d’annoncer que le taux du Livret A sera désormais déterminé comme suit :

Le taux du livret A est fixé comme la moyenne semestrielle du taux d’inflation et des taux interbancaires à court terme (EONIA), arrondie au dixième de point le plus proche, assortie d’un plancher à 0,5 %.

(source : Communiqué du Minefi)

Pour mémoire, la formule actuelle, plus complexe, utilise à la fois l’EONIA et l’Euribor 3 mois, et prévoit que le taux du Livret A reste au moins égal à l’inflation augmentée de 0,25 %, sauf si l’écart entre les taux courts et l’inflation est supérieur à 0,25 %.

(vous n’êtes pas à l’aise avec tous ces termes ? Retrouvez nos articles pédagogiques sur les taux de la BCE et l’Euribor !)

Mais cette formule est temporairement outrepassée un arrêté publié au Journal officiel du 2 décembre 2017, qui fixe le taux du livret A à 0,75 % jusqu’au 31 janvier 2020. Ouf !

L’analyse de Pandat

Une de plus ! Cette réforme s’ajoute à la série des « nouvelles formules » qui se succèdent une à une depuis que le taux n’est plus décidé par le gouvernement mais calculé grâce à une formule censée limiter l’arbitraire !

Trois formules différentes ont été mises en œuvre depuis 2008, chacune avec son lot d’exceptions et d’interprétations parfois créatives, sous couvert de circonstances particulières…

Qu’en est-il du cru 2018 ?

Tout d’abord, la nouvelle formule supprime le petit « bonus » très appréciable de +0,25 % au dessus de l’inflation.

Ensuite, elle abandonne l’utilisation de l’Euribor 3 mois, en général plus élevé que l’EONIA, qui permettait de rehausser légèrement le résultat.

Enfin, puisque le taux devient une simple moyenne entre l’EONIA et l’inflation, il sera inférieur à l’inflation dès lors que cette dernière est supérieure à l’EONIA. Depuis 2008, cela a été le cas… 100 % du temps !

Le logement social favorisé

Mauvaise nouvelle pour les épargnants, mais bonne nouvelle pour le secteur du logement social dont les financements dépendent du Livret A.

Selon le gouvernement, cette réforme réduira globalement et de manière durable les charges financières du secteur d’environ 675 millions d’euros par an. Le secteur pâtissait jusqu’à présent de taux déconnectés de la réalité du marché.

Par effet de bord, les dépôts à terme deviendront moins intéressants

On le sait moins, le taux du Livret A influence aussi les taux des livrets bancaires, comptes sur livret, dépôts et comptes à terme.

Par effet de bord, les comptes à terme risquent de devenir moins compétitifs à l’avenir. Pas forcément en taux absolu (car la remontée des taux les aidera), mais certainement en comparaison à l’inflation ou à l’EONIA.

Ce n’est pas encore le cas pour l’instant… mais cela va dans le sens de l’histoire.

Une occasion de figer des taux favorables aujourd’hui ? Peut-être bien !

Contactez-nous dès maintenant pour connaître les meilleures opportunités du moment !

Découvrez tous nos produits de placements

Contactez-nous

  • En accord avec notre politique de sécurité et de confidentialité, nous nous engageons à ne jamais communiquer vos données à l'extérieur.

Post Author: Nicolas