Le plan de trésorerie prévisionnel

Qu’est-ce qu’un plan de trésorerie prévisonnel ?

Un plan de trésorerie est un tableau dans lequel sont portés tous les encaissements et décaissements à venir, qu’ils soient certains, anticipés ou simplement prévus.

Le plan de trésorerie est créé sur Excel ou dans un logiciel spécialisé. Il est maintenu par le trésorier sur la base d’informations disponibles dans l’entreprise (contrôle de gestion, budget, commerciaux, achats…) et d’anticipations personnelles.

À quoi sert un plan de trésorerie ?

Sa principale vocation est d’éviter toute rupture de trésorerie.

Le plan de trésorerie permet de prévoir les soldes bancaires futurs et donc d’anticiper les futurs découverts : il permet de savoir quand chercher de nouveaux financements.

Mais il permet aussi de connaître les périodes de disponibilité de la trésorerie et leur durée, permettant d’allonger la durée de placement.

Enfin, en apportant une plus grande visibilité, il facilite la négociation bancaire (lignes de crédit, découverts) en offrant une bonne prévisibilité au banquier.

Pour prendre une métaphore automobile, le plan de trésorerie est la carte du circuit : il vous indiquera les lignes droites et les virages au cours des mois à venir.

Les lignes droites sont les périodes de trésorerie abondante pendant lesquelles vous pourrez accélérer en bloquant de la trésorerie, tandis que les virages sont les périodes de baisse de la trésorerie où vous devrez adopter un profil plus conservateur.

Rassembler les informations : un enjeu de taille

Établir un plan de trésorerie, c’est avant tout un travail d’enquête et de recensement des flux financiers dans l’entreprise.

Passons en revue les principaux flux que vous devrez intégrer dans votre plan.

Encaissements

Pour une entreprise, le principal encaissement est en général le chiffre d’affaires. Pour une association, il s’agira de cotisations, de subventions…

Prévoir le chiffre d’affaires est sans doute l’exercice d’anticipation le plus délicat dans la création d’un plan de trésorerie. Client par client, ou ligne de produit par ligne de produit, il faut anticiper le volume d’affaires et les délais de paiement. Vous pourrez pour cela utiliser le budget de l’entreprise, les historiques disponibles dans le logiciel comptable ou observer la balance clients en fin d’année.

Pour vous simplifier la vie, adoptez une granularité et une typologie cohérentes avec votre contrôle de gestion ou votre outil de gestion de ventes !

Au chapitre des encaissements hors CA, n’oubliez pas aides et subventions, remboursements de TVA, apports en compte courant d’associés, émissions d’emprunts et souscriptions de dette : toutes ces opérations sont des entrées de cash que vous devez intégrer !

Décaissements

Anticiper les décaissements est en général plus simple : l’entreprise a la main sur ses paiements.

Salaires, cotisations sociales, charges courantes (loyer, frais généraux….), intérêts sur emprunts, remboursements d’emprunts : tout ceci est assez prévisible et doit constituer la base des prévisions de décaissements.

Recenser ses décaissements est d’ailleurs une bonne occasion de limiter l’usage des chèques et de privilégier le virement, car il offre une certitude sur la date de décaissement !

Les prévisions doivent être réalistes plutôt qu’ambitieuses

Pour établir votre plan de trésorerie, vous partirez peut-être du budget de l’entreprise : il vous faudra alors le transformer en une série de flux « cash ».

Dans ce cas, attention aux différences d’objectifs entre les deux outils. Un budget est certes un outil de pilotage, mais c’est aussi un outil de communication : il est en général assez conservateur (tout le monde aime dire qu’il a dépassé le budget).

À l’opposé, les prévisions de trésorerie doivent avant tout être réalistes. Vouloir être trop prudent, c’est sous-estimer la liquidité de l’entreprise, et donc risquer de souscrire des emprunts « pour rien ». C’est aussi ne pas oser placer avec un horizon long et donc limiter ses produits financiers.

Bien entendu, être trop optimiste a aussi ses revers : le risque de rupture de trésorerie !

Dans les deux cas, la mauvaise prévision a un coût. N’hésitez pas à réévaluer vos prévisions autant que nécessaire.

Un plan de trésorerie s’ajuste quotidiennement

Passé la période de création des prévisions, il faut les faire vivre en les confrontant régulièrement à la réalité.

La plupart des ajustements ont lieu au moment du rapprochement bancaire.

Ici, tout dépend de l’organisation de votre entreprise. Dans une PME, vous pouvez sans doute identifier vous-même chacun des flux qui passe sur le compte de votre entreprise. Dans une multinationale, vous êtes dépendant de l’organisation de la direction financière et de ses strates de consolidation.

Dans tous les cas, si vous recevez un encaissement inexpliqué, vous devez déterminer si c’était un flux prévu (auquel cas vous devez le retirer des prévisions là où il était positionné, sous peine de le compter deux fois et de surévaluer votre solde bancaire prévisionnel), ou si c’est un flux que vous n’aviez pas dans vos prévisions (auquel cas vous avez sans doute manqué un circuit d’information, et vous devez resserrer les mailles de votre filet !).

Exemple de plan de trésorerie sur Excel

Voici un modèle simplifié de plan de trésorerie sur Excel :

Télécharger le modèle de Plan de trésorerie en excel

Nous avons séparé encaissements et décaissements en reprenant les trois grandes rubriques d’un compte de résultat (exploitation, financier, exceptionnel).

Aucune ventilation n’est dans l’absolu meilleure qu’une autre : la meilleure ventilation sera celle qui vous simplifie le suivi. Nous le répétons : tout dépend de l’organisation de votre entreprise.

Nous avons choisi une périodicité mensuelle, adaptée à une entreprise en lancement qui a besoin de valider son besoin de financement. Cependant, les grandes entreprises travaillent en général au pas quotidien.

Quelques conseils de plus

  • Concentrez-vous toujours sur le cash et non la facturation. Pour la même raison, raisonnez toujours en TTC et non en HT.
  • Inutile de perdre du temps avec les charges non significatives… mais les négliger serait une tout aussi mauvaise idée ! Vous pouvez intégrer un champ « diverses charges » sur les dépenses, égal à 3 % des charges courantes par exemple.
  • Ne vous reposez pas sur vos lauriers. Même si vous êtes un excellent prévisionniste, vous restez toujours à la merci de la défaillance d’un client : un événement exogène ne doit pas mettre en danger votre trésorerie. Acceptez de ne pas avoir le contrôle à 100 %.
  • Les placements permettant une sortie sans pénalité, comme les comptes à terme progressifs avec préavis, sont une excellente opportunité pour placer la trésorerie dont l’horizon est incertain.

Découvrez tous nos produits de placement!

Contactez-nous

  • En accord avec notre politique de sécurité et de confidentialité, nous nous engageons à ne jamais communiquer vos données à l'extérieur.

Post Author: Nicolas