C’est la rentrée ! Voici comment échapper aux taux négatifs.

Le JT ouvre sur le petit Lucas, 6 ans, qui entre en CP en pleurs : pas de doute, c’est la rentrée.

Si vous revenez tout juste de congés, vous aurez peut-être, vous aussi, à retenir vos larmes face à la vague de taux négatifs qui a déferlé sur le marché pendant l’été.

Ce que vous avez raté cet été

Vous pensiez avoir laissé l’OAT 10 ans à 0% ? Hélas, les choses ont un peu évolué…

  • Le taux 10 ans français est désormais égal au taux de dépôt BCE (-0,40%)
  • Toute la courbe des taux allemande est négative : il faut payer 0,22 % par an pour avoir le privilège de détenir une obligation allemande à 30 ans
  • D’après les estimations de Deutsche Bank, 25 % du marché mondial obligataire s’échange à taux négatif, soit 17 000 milliards de dollars de titres

La tendance est encore à la baisse des taux

Après sa première journée d’école, Lucas sait bien qu’il retrouvera sa maman…
Mais pour vous et les taux positifs, c’est une autre histoire… Ce n’est pas un adieu définitif mais ça y ressemble.

Le 12 septembre, la Banque Centrale Européenne dévoilera un nouveau lot de mesures d’assouplissement monétaire. Au vu des messages fournis pendant l’été, on peut s’attendre à une, voire deux nouvelles baisses de taux d’ici la fin de l’année, ou des interventions ayant le même effet.

Les US prennent la même direction : Trump est toujours aussi véhément envers la Réserve Fédérale, qu’il pousse à baisser les taux jusqu’à 1 %… le niveau qui prévalait juste après la faillite de Lehman Brothers !

Que faire avec la trésorerie ?

Peu d’espoir de remontée des taux : plutôt que de prendre votre mal en patience, vous devrez vous adapter à cette nouvelle normalité.

Les liquidités laissées sur les comptes bancaires font souffrir les banques, qui généraliseront sans doute la facturation des dépôts. Cette rémunération négative, déjà appliquée aux gros déposants, va progressivement se propager aux dépôts moins importants. Les particuliers seront probablement épargnés mais les entreprises doivent s’y préparer dès maintenant.

Bonne nouvelle toutefois : les taux bas dynamisent la production des crédits immobiliers. En conséquence, les banques ne bouderont jamais totalement les dépôts : elles en auront toujours besoin pour équilibrer leur bilan et leurs ratios. Cependant, elles préféreront sans doute plafonner les montants et chercheront à diversifier leurs déposants.

Deux actions immédiates pour résister aux taux négatifs

    1. Fixez dès aujourd’hui des taux 0 sur des comptes à terme (qui restent en général disponibles à 32 jours). N’oubliez pas qu’en période de baisse des taux, le plus tôt est le mieux : plus le temps passe, plus les produits permettant d’échapper aux taux négatifs seront difficiles à trouver. Dans un monde à taux négatifs, l’inaction coûte cher !

Votre courtier Pandat est là pour vous indiquer quelles banques pratiquent les meilleures conditions en ce moment.

2. Posez-vous les bonnes questions sur votre trésorerie : pouvez-vous faire des concessions sur la liquidité ? Quel est votre réel horizon de gestion ? Des solutions plus rémunératrices que les comptes à terme existent.

Plus que jamais, nous sommes là pour vous aider à adapter votre trésorerie à ces conditions inédites. Contactez-nous !

En savoir plus sur les comptes à terme

Auteur de l’article : Nicolas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *